博碩士論文 981203003 詳細資訊




以作者查詢圖書館館藏 以作者查詢臺灣博碩士 以作者查詢全國書目 勘誤回報 、線上人數:26 、訪客IP:54.158.21.176
姓名 林書媺(LIN, SHU-MEI)  查詢紙本館藏   畢業系所 法國語文學系
論文名稱 哀悼電影:《省道132》以及2000年後魁北克電影中的哀悼主題
(Cinéma de/en deuil : Route 132 et la représentation du deuil dans le cinéma québécois dans les années 2000)
檔案 [Endnote RIS 格式]    [Bibtex 格式]    [檢視]  [下載]
  1. 本電子論文使用權限為同意立即開放。
  2. 已達開放權限電子全文僅授權使用者為學術研究之目的,進行個人非營利性質之檢索、閱讀、列印。
  3. 請遵守中華民國著作權法之相關規定,切勿任意重製、散佈、改作、轉貼、播送,以免觸法。

摘要(中) 2000年以後,「哀悼」的主題湧現於魁北克電影中,本文稱之為「哀悼電影」。此類電影通常以孩童或青年的遽然死亡為起始,將整部影片浸潤於哀悼中。本文以《省道132》為主,輔以同時期其他的哀悼電影文本,探究2000年後魁北克電影中頻繁出現的哀悼主題。有別於過去的民族存亡與國族主義等試圖將悲劇與哀悼理解為民族歷史創傷徵候之類型論述,本文探討全球化情境下的哀悼再現可能具有的潛力。
本文第一章耙梳哀悼在魁北克電影進程中的演變,其次描繪2000年以來哀悼再現的特徵以及其與過去之不同,並歸納出兩個特色:荒謬之死與回歸故土。在觀察眾多以歸途作為哀悼儀式的電影後,我們試圖理解土地與哀悼的關係,以此抵定使用透納(Victor Turner)之過渡性概念(liminality,又譯為「閾境性」)為研究方法。在談論土地與人的關係之前,第二章探討《省道132》中逃離城市作為面對荒謬之死的後續反應,試圖勾勒出現代性中對於死亡、荒謬、非理性等排他的理性壓迫,它如何構成哀悼者所處的荒謬情境,並且引發逃離城市以進行哀悼的需求。
第三章專注於探討旅程、土地、哀悼之間的關係,在《省道132》的公路電影形式中分析移動與地景再現如何呈顯過渡性。電影中旅途所經之處乃魁北克公認的民族發源地,影片卻一反常例,不耽溺於呈現如歌般美好的傳統田園生活,反而不斷地移動,呈現土地的垂死狀態,以勾勒這些極具文化意義的地方,並且在旅程中具現其內在過渡性-¬,依此得以超越過去城/鄉、今/昔之二元對立之意識形態。在此我們使用的除了過渡性概念外,還援引余蓮(François Jullien)的溯源(ressourcer)、悉本尼(Daniel Sibony的「存在」(être)和「擁有」(avoir)之認同理論,以耙梳土地與認同之關係,並藉此理解哀悼與土地之關聯。如果荒謬之死粉碎個人原本認知之存在意義,那麼影片中再現的旅程與地景則擁有重構、乃至療癒破碎自我認同的潛力。相對於個人哀悼,與此情此景並置的,是對於土地的集體哀悼。電影作為媒介創造一個閾境性時空,使之介於現實與故事間,使觀眾得以在此進行對於土地之哀悼,藉著觀影的過程溯源,透過回顧與整合以面對全球化時代文化均質化的考驗。
若土地本身為時間與歷史之載體──尤其影片中的土地往往極具文化與歷史意義──那麼第四章探討的便是時間與哀悼之關係。如悉本尼所言,認同是一種存在的狀態,而非擁有的狀態,然而要從擁有的模式過渡到存在的模式需要透過傳遞(transmission)。在本章中,我們將透過哀悼時間的再現,探討傳遞之可能以及傳遞是如何發生的。在此我們使用的是愛嘉欣斯基(Sylviane Agacinski)的「過程性」(passagereté)與德勒茲(Gilles Deleuze)承續柏格森(Henri Bergson)之時間概念,討論哀悼時間在脫除慣常的方向性與目的性後,時間成為一個容器得以涵納眾多時間層。並且藉此討論哀悼心理學中對於哀悼的解釋,在此哀悼不再如佛洛伊德(Sigmund Freud)所言是一種拋棄與遺忘的過程,而能夠成為一種與逝者關係的延續,一種記憶的方式。在個人哀悼中是如此,集體哀悼之整合也得以透過哀悼的反覆再現成為可能。本文最後援引阿岡本的「潛力」(potentiality)的觀念,解讀《省道132》終曲的未完結、蒙昧狀態,說明電影藉此使哀悼永遠停留在潛在中,因此永遠不進入實際界,也就永遠在重新整合與變化中。
摘要(英) In the 2000s, the theme of mourning began to proliferate in the Québécois cinema. The “mourning cinema” (as I term it) often begins with the death of a child or an adolescent, immersing the entire film in a mournful atmosphere. This thesis takes Route 132 (among other mourning films) as the point of departure, to examine the recurrent theme of mourning in the 2000s Québécois cinema. Apart from previous nationalist criticism that perceived tragedy and mourning as the symptom or allegory of national(ist) trauma, this thesis investigates the representation of mourning and its potentiality in the age of globalization.
The first chapter traces the role of mourning throughout the history of Québécois cinema. The representation of mourning in the 2000s films, differing from the previous era, is characterized by two motifs – absurd death and home returning. After observing the mourning films that anchors home returning as the ritual of mourning, methodologically I draw on anthropologist Victor Turner’s notion of liminality as the point of departure. Before proceeding to the relationship between man and the land, the second chapter investigates the fleeing from city as the reaction to the absurd death in Route 132. It contours how the exclusive, rationalist oppression of death, absurdity, irrationality, etc. by modernity constitutes the absurd milieu in which the mourner is situated, thus driving him/her out of the city.
The third chapter concentrates on the relations between journey, land and mourning, and analyzes how liminality is cinematographically embodied in move- ment and landscape. Although the journey in the mourning cinema passes through the commonsensical origin of the Québécois nation, the films, contrary to convention, are not indulgent in representing an idyllic pastoral image of the tradition life. On the contrary, they would move incessantly representing the destitute (or even dying) state of land in their representations of these places with cultural significance. They incarnate the immanent liminality en route, whereby the dichotomy between city and countryside, between the present and the past could be transcended. Here, besides the concept of liminality, I also draw on François Jullien’s theory of ressourcer, Daniel Sibony’s distinction between being (être) and having (avoir) to elucidate the relations between land, identity and mourning. If the absurd death shatters what one perceived and believed, then journey and land reconstruct, or even heal, the shattered identity, which is juxtaposed with the collective mourning for the land. As a media, cinema creates a liminal time and space at the interval between reality and fiction where the spectators could practice a collective mourning for the dying patrimonial land. In the age of globalization, the challenge posed by the homogenization of culture is confronted by filmic resourcing, through retrospection and integration.
If the land is the bearer of time and history – especially when the land(scape) in the mourning cinema is often of great cultural and historical significance – then what chapter four examines is the relations between time and mourning. Identity, as Sibony claims, is a state of being instead of having. Yet to pass from the state of having to that of being requires a process of transmission. In this chapter, through analyzing the representation of the time of mourning, I investigate how this transmission takes place. Drawing on Sylviane Agacinski’s passagereté and Gilles Deleuze’s notion of time- space, the thesis argues that the time (of mourning), after being rid of the customary orientation and purpose, becomes a container that contains multiple time-layers. Here mourning is no longer a process of forsaking and forgetting as it is for Sigmund Freud, but rather a continuation of the bond with the deceased, a way to remember. This applies to individual mourning, yet the integration of collective mourning is also made possible through the reiteration of mourning. Finally, Agamben’s notion of “potentiality” is appropriated to interpret the opening, opaque ending in Route 132, whereby mourning remains in the potential, never realized in the Real, and thus remaining always in reintegration and change.
關鍵字(中) ★ 魁北克電影
★ 哀悼
★ 閾境性
★ 過程
★ 潛力
關鍵字(英) ★ Québécois cinema
★ mourning
★ liminality
★ passage
★ potentiality
論文目次 Table des matières
摘要 ......................................................................................................................................... I
Abstract ................................................................................................................................ III
謝辭 ........................................................................................................................................ V
Remerciements .................................................................................................................... VII
Table des matières ................................................................................................................. X
Introduction............................................................................................................................. 1
Premier chapitre. Cinéma du deuil .................................................................................... 6
1. Le deuil comme accompagnement ...…………………………………………………….. 7
1.1 La mort : un thème majeur ou presque ...…………………………………………….. 7
1.2 Le deuil : un thème mineur refoulé ...………………………………………………. 10
2. Le deuil en solo ...………………………………………………………………………. 15
2.1 Le deuil, un rite funéraire perdu ? ………………………………………………….. 17
2.2 Notre approche : Pour ou contre une vision nationaliste du deuil au cinéma ? ……. 19
2.3 La mort absurde …………………………………………………………………….. 23
3. Voyage comme rituel du deuil …………………………………………………………. 26
3.1 Représentation traditionnelle de la campagne ……………………………………… 28
3.2 Le paysage d’aujourd’hui …………………………………………………………... 30
3.3 L’emphase du « passage » ………………………………………………………….. 32
3.4 Liminalité comme accès à la discussion …………………………………………… 34
Deuxième Chapitre. Départ pour un voyage en retour ………………………………. 36
1. L’absurdité de la mort d’un enfant ……………………………………………………... 39
1.1 La double absurdité ………………………………………………………………… 47
1.2 La potentialité de la mort …………………………………………………………... 49
2. L’évasion de la ville ……………………………………………………………………. 51
2.1 La révolte ………………………………………………………………………….... 53
2.2 La double tonalité …………………………………………………………………... 55
3. Symptôme de la société moderne ? …………………………………………………….. 58
3.1 La révolte contre les deux ………………………………………………………….. 59
3.2 La perte de repères …………………………………………………………………. 62
3.3 Besoin de l’appui spirituel …………………………………………………………. 64
4. L’absurdité de la mort, dégagement du voyage …………………………………………. 67
Troisième Chapitre. Lieu du deuil, deuil d’un lieu …………………………………… 69
1. Liminalité géo-historique ……………………………………………………………... 72
1.1 Route 132, route liminale …………………………………………………………. 73
1.2 La terre, porteuse de mémoire …………………………………………………….. 75
1.3 La terre, la ressource ……………………………………………………………… 78
2. Deuil d’un lieu ………………………………………………………………………… 79
2.1 Régions mourantes ………………………………………………………………... 80
2.2 Métaphore sur le deuil du pays …………………………………………………… 81
2.3 Ouverture au monde ? Aplatie culturelle ? ……………………………………….. 83
2.4 Ressourcer entre deux …………………………………………………………….. 84
3. Entre deux …………………………………………………………………………….. 86
3.1 Liminalité du voyage en tant que tel ……………………………………………… 88
3.1.1 Voyage anti-touristique ………………………………………………….. 89
3.1.2 Liminalité filmique : passage comme finalité …………………………… 92
3.2 Le passage au renouement avec la nature ………………………………………… 93
3.2.1 Rapport conflictuel entre l’homme et la nature ………………………….. 94
3.2.2 La transition vers la réconciliation ………………………………………. 96
3.2.3 La terre mère …………………………………………………………….. 98
3.3 Le paysage, la ressource ………………………………………………………..... 102
3.3.1 Lieux qui nous induisent ……………………………………………….. 103
3.3.2 La transmission entre l’individu et le collectif …………………………. 108
4. Lieux porteurs du temps ……………………………………………………………... 111
Quatrième Chapitre. Temps du deuil, deuil d’un futur …………………………….. 112
1. Renouement avec la famille …………………………………………………………... 114
1.1 Le partage du chagrin ……………………………………………………………. 118
1.2 La réunion de génération ………………………………………………………… 120
2. Le temps du deuil ……………………………………………………………………… 124
2.1 Le présent désactualisé : le passage en tant que tel ……………………………… 125
2.2 Trois temps actualisés …………………………………………………………… 129
2.3 Passé pluriel au présent ………………………………………………………….. 132
3. L’oublie ? L’intégration ? ……………………………………………………………. 139
3.1 L’intégration de la perte …………………………………………………………. 141
3.2 L’intégration du soi ……………………………………………………………… 145
3.3 L’expérience de la perte de l’autrui ……………………………………………... 147
4. Fin liminale …………………………………………………………………………… 152
4.1 Un film scellé au stage liminal permanent ………………………………………. 153
4.2 Cimetière marin : entre l’eau et la terre …………………………………………. 157
4.3 Potentialité du deuil ……………………………………………………………... 159
Conclusion ……….……………………………………………………………………….. 163
Bibliographie …………………………………………………………………………….. 168
Annexe ……………………………………………………………………………………. 182
參考文獻 Bibliographie :
FILMOGRAPHIE
ARCAND, Denys, Réjeanne Padovani, avec Jean Lajeunesse, Luce Guilbeault, et J. Léo Gagnon, 1973, policier/drame, 96 min.
ARCAND, Denys, Jésus de Montréal, avec Lothaire Bluteau, Catherine Wilkening, et Johanne-Marie Tremblay, 1989, drame, 118 min.
ARCAND, Denys, Les invasions barbares, avec Rémy Girard, Stéphane Rousseau, et Marie-Josée Croze, 2003, drame, 99 min.
AUBERT, Robin, À l’origine d’un cri, avec Michel Barrette, Jean Lapointe, et Patrick Hivon, 2010, drame, 114 min.
BAUDRY, Jacques, et François BOUVIER. Jacques et novembre, avec Jean Beaudry, Léa-Marie Cantin, et Carole Chatel, 1984, drame, 72 min.
BÉLANGER, Louis, Post mortem, avec Gabriel Arcand, Sylvie Moreau, et Hélène Loiselle, 1999, drame, 92 min.
BÉLANGER, Louis, Gaz Bar Bluess, avec Serge Thériault, Gilles Renaud, et Sébastien Delorme, 2003, drame, 115 min.
BÉLANGER, Louis, Route 132, avec François Papineau, Alexis Martin, et Sophie Bourgeois, 2010, drame, 113 min.
BIGRAS, Jean-Yve, La Petite Aurore, l’enfant martyre, avec Yvonne Laflamme, Lucie Mitchell, et Paul Desmarteaux, 1951, mélodrame, 95 min.
BRASSARD, André, Le soleil se lève en retard, avec Rita Lafontaine, Denise Filiatrault, et Huguette Oligny, 1977, drame, 112 min.
BRAULT, Michel, Entre la mer et l’eau douce, avec Claude Gauthier, Geneviève Bujold, et Paul Gauthier, 1967, drame, 85 min.
CARLE, Gilles, La mort d’un bûcheron, avec Carole Laure, Daniel Pilon, Willie Lamothe, et Denise Filiatrault, 1972, comédie dramatique, 114 min.
CARLE, Gilles, Maria Chapdelaine, avec Carole Laure, Nick Mancuso, et Claude Rich, 1983, drame, 107 min.
CARRIÈRE, Marcel, Avec tambours et trompettes, 1968, documentaire, 27 min.
CÔTÉ, Denis, Les états nordiques, avec Christian LeBlanc, 2005, drame, 91 min.
D’AMOURS, Isabelle, Les mots gelés, avec Pierre-Luc Brillant, 2010, drame, 76 min.
DERASPE, Sophie, Les signes vitaux Marie-Hélène Bellavance, Francis Ducharme, et Suzanne St-Michel, 2009, drame, 99 min.
ÉDOIN Guy, Marécages, avec Pascale Bussières, Gabriel Maillé, et Luc Picard, 2011, drame, 111 min.
ÉMOND, Bernard, La neuvaine, Elise Guilbault, Patrick Drolet, et Marie-Josée Bastien, 2005, drame, 97 min.
ÉMOND, Bernard, Contre toute espérance, avec Guylaine Tremblay, Guy Jodoin, et Gildor Roy, 2007, drame, 89 min.
ÉMOND, Bernard, La donation, avec Annie Ayotte, Lucille Baril, et Mélanie Bastien-Ouimet, 2009, drame, 96 min.
DENIS, Mathieu, et Simon LAVOIE, Laurentie, avec Emmanuel Schwartz, Eugénie Beaudry, et Jade Hassouné, 2011, drame, 120 min.
FALARDEAU, Philippe, C’est pas moi, je le jure !, avec Antoine L’Écuyer, Suzanne Clément, et Daniel Brière, 2008, drame, 110 min.
FALARDEAU, Philippe, Monsieur Lazhar, avec Mohamed Fellag, Sophie Nélisse, et Émilien Néron, 2012, drame, 94 min.
FORCIER, André, Je me souviens, avec Michel Barrette, Céline Bonnier, et Hélène Bourgeois Leclerc, 2009, drame, 89 min.
GAGNON, Claude, Larose, Pierrot et la Luce, avec Luc Matte, Richard Niquette, et Camille Pelletier, 1982, drame.
GIRARD, François, Cargo, avec Geneviève Rioux, Michel Dumont, Guy Thauvette, et Patricia Nolin, 1990, drame, 90 min.
GIROUX, Maxime, Jo pour Jonathan, avec Jean-Sébastien Courchesne, Eliane Gagnon, et Raphaël Lacaille, 2010, drame, 81 min.
GROU, Daniel, Les sept jours du talion, avec Claude Legault, Rémy Girard, et Martin Dubreuil, 2009, horreur/thriller, 105 min.
GROU, Daniel, 10 ½, avec Claude Legault, Robert Naylor, et Eugénie Beaudry, 2010, drame, 108 min.
GROULX, Gilles, Le chat dans le sac, avec Barbara Ulrich, Claude Godbout, et Manon Blain, 1964, drame, 74 min.
GURY, Paul, Un homme et son péché, avec Hector Charland, Nicole Germain, et Guy Provost, 1948, drame, 112 min.
HÉROUX, Denis, Valérie, avec Danielle Ouimet, Guy Godin, et Andrée Flamand, 1969, drame, 97 min.
JUTRA, Claude, À tout prendre, avec Claude Jutra, Johanne Harelle, et Victor Désy, 1963, drame, 99 min.
JUTRA, Claude, Mon oncle Antoine, avec Jacques Gagnon, Lyne Champagne, et Jean Duceppe, 1971, drame, 104 min.
LAFLEUR, Stéphane, Continental, un film sans fusil, avec Marie-Ginette Guay, Gilbert Sicotte, Fanny Mallette, 2007, drame, 103 min.
LAFLEUR, Stéphane, En terrains connus, avec Francis La Haye, Fanny Mallette, Michel Daigle, 2012, drame, 90 min.
LAUZON, Claude, Léolo, avec Gilbert Sicotte, Maxime Collin, et Ginette Reno, 1992, drame, 107 min.
LEFEBVRE, Jean-Pierre, Le révolutionnaire, avec Louis St-Pierre, Louise Rasselet, et Alain Chartrand, 1965, comédie/drame, 73 min.
LEFEBVRE, Jean-Pierre, Les dernières fiançailles, avec Marthe Nadeau, J. Léo Gagnon, et Marcel Sabourin, 1974, drame, 92 min.
LAUZON, Jean-Claude, Un zoo la nuit, avec Gilles Maheu, Roger Lebel, et Corrado Mastropasqua, 1987, policier/drame/thriller, 115 min.
LEPAGE, Robert, Le confessionnal, avec Lothaire Bluteau, Patrick Goyette, et Jean-Louis Millette, 1995, drame/fantastique/thriller, 100 min.
LEPAGE, Robert, La face cachée de la lune, avec Robert Lepage, Anne-Marie Cadieux, et Marco Poulin, 2003, drame, 105 min.
MANKIEWICZ, Francis, Les beaux souvenirs, avec Monique Spaziani, Julie Vincent, et Paul Hébert, 1982, drame, 114 min.
MARTIN, Catherine, Mariages, avec Marie-Ève Bertrand, Guylaine Tremblay, et Hélène Loiselle, 2001, drame, 95 min.
MARTIN, Catherine, Trois temps après la mort d’Anna, avec Guylaine Tremblay, et François Papineau, 2010, drame, 87 min.
MONTY, Michel, Une vie qui commence, avec Charles Antoine Perreault, Julie LeBreton, et François Papineau, 2010, drame, 103 min.
MORIN, Robert, Yes Sir ! Madame…, avec Robert Morin, 1994, drame, 75 min.
MOUAWAD, Wajdi, Littoral, avec Steve Laplante, Gilles Renaud, et Isabelle Leblanc, 2004, drame, 96 min.
OTSEP, Fyodor, Le père Chopin, avec Madeleine Ozeray, Marcel Chabrier, et Pierre Durand, 1944, drame,110 min.
PERRAULT, Pierre, Le règne du jour, avec Alexis Tremblay, Marie Tremblay, et Léopold Tremblay, 1967, documentaire, 118 min.
PERRAULT, Pierre, Les voitures d’eau, 1968, documentaire, 110 min.
PERRAULT, Pierre, Michel Brault, et Marcel Carrière, Pour la suite du monde, Léopold Tremblay, Alexis Tremblay, et Abel Harvey, 1963, documentaire, 105 min.
PILOTE, Sébastien, Le vendeur, avec Gilbert Sicotte, Nathalie Cavezzali, et Jeremy Tessier, 2011, drame, 107 min.
POOL, Léa, La femme de l’hôtel, avec Paule Baillargeon, Raymond Cloutier, et Serge Dupire, 1984, drame, 89 min.
POOL, Léa, Anne Trister, avec Albane Guilhe, Louise Marleau, et Lucie Laurier, 1986, drame, 103 min.
POOL, Léa, La dernière fugue, avec Yves Jacques, Jacques Godin, et Andrée Lachapelle, 2010, drame, 91 min.
PROULX, Maurice, En pays neufs, avec Maurice Montgrain, 1937, documentaire, 67 min.
ROY, Richard, Frissons des Collines, avec Guillaume Lemay-Thivierge, Antoine Bertrand, et Evelyne Brochu, 2011, drame, 103 min.
TESSIER, Albert, Hommage à notre paysannerie, 1938, documentaire, 23 min.
VILLENEUVE, Denis, Incendies, avec Mustafa Kamel, Mélissa Désormeaux-Poulin, et Maxim Gaudette, 2010, drame/guerre, 139 min.
CINÉMA QUÉBÉCOIS
ANONYME, « La famille », Cinéma québécois, 1 novembre 2010,
.
ANONYME, « Today’s generation of Quebec filmmakers showcases a new openness to the world », Coalition pour la diversité culturelle, 16 avril, 2012,
.
BAILEY, Patricia, « A New Generation of Quebec filmmakers Captures a Culture Adrift », This Magazine, 6 juillet 2010, .
BAILEY, Patricia, « Nouvelle vague québécoise », This Magazine, 18 novembre 2010, cité dans Courrier international,
.
ÉMOND, Bernard, La Perte et le lien : entretiens sur le cinéma, la culture et la société, Montréal, Mediaspaul, 2009.
GARNEAU, Michèle, « Pour une esthétique du cinéma québécois », thèse de doctorat, Université de Montréal, 1997.
JEAN, Marcel, Le cinéma québecois, Montréal, Boréal, 2005.
JEAN, Marcel, et Michel COULOMBE, Le dictionnaire du cinéma québécois, Montréal, Boréal, 1988.
KUBĬSTA, Anna, « François Papineau : « On a perdu les rites du deuil et l’art vient nous rappeler leur importance » », entretien avec François Papineau, Radio Praha, 25 juillet 2010,
.
LABRES, Eric, « Route 132 De Louis Bélanger », entretien avec Louis Bélanger, Sélection Officielle du Festival Cinémondes 2011, 2013 World News Inc., 16 avril 2011, .
LEVER, Yves, Histoire générale du cinéma au Québec, Montréal, Boréal, 1995 (1988).
LEVER, Yves, Le cinéma de la Révolution tranquille : de Panoramique à Valérie, Montréal, Yves Lever cop., 1991.
LEVER, Yves, et Pierre PAGEAU, Chronologie du cinéma au Québec, 1894-2004, Montréal, 400 Coups, 2006.
LI-GOYETTE, Mathieu, « Le temps sauvage », entrevue avec Catherine Martin, Panorama- Cinéma, 31 août 2010,
.
MARTIN, Catherine, « Notes sur le film », Trois temps après la mort d’Anna : un film de Catherine Martin, Montréal, Dossier de presse, 2010.
POIRIER, Christian, Cinéma québécois : à la recherche d’une identité ? tome 1 : L’imaginaire filmique, Sainte-Foy, Presses de l’Université du Québec, 2004.
TREMBLAY-DAVIAULT, Christiane, Un cinéma orphelin : structure mentales et sociales du cinéma québécois (1942-1953), Montréal, Québec/Amérique, 1981.
WEINMANN, Heinz, Cinéma de l’imaginaire québécois. De La petite Aurore à Jésus de Montréal, Montréal, Hexagone, 1990.
WEINMANN, Heinz, « Cinéma québécois à l’ombre de la mélancolie », Cinémas : revue d’études cinématographiques/Cinémas : Journal of Films Studies, vol. 8, nos. 1-2, 1997, p. 34-46.
ÉTUDES QUÉBÉÇOISES
DESCHÊNES, Gaston, « La devise « Je me souviens » », Encyclopédies, 1 avril 2012, . (Date de référence : le 11 juin, 2013)
DICKINSON, John A., Brève histoire socio-économique du Québec, 4e édition, Québec, Septentrion.
DUMONT, Fernand, La vigile du Québec, Saint-Laurent, Bibliothèque québécoise, 2001 (1971).
DUMONT, Fernand, L’avenir de la mémoire (coll. Les conférences publiques de la CEFAN), Québec, Nuit Blanche, 1995.
DUMONT, Fernand, Raisons communes, Montréal, Boréal, 1997 (1995).
FORTIN, Marie-José, « Le paysage comme patrimoine collectif : de la découverte à la mobilisation citoyenne », Histoire Québec, vol. 12, no. 1, 2006, p.29-34,
.
FRANK, Alain, « La navigation sur le fleuve Saint-Laurent », Histoire Québec, vol. 6, no. 2, 2000, p.13-17, .
HÉMON, Louis, Maria Chapdelaine, Montréal, La Bibliothèque électronique du Québec, version 2.0,
.
KONINCK, Rodolphe de, « Des îles pour mémoire: anciens et nouveaux itinéraires parmi les îles du Saint-Laurent », Cahier de géographie du Québec, vol. 29, no. 78, 1985, p. 415-426.
LÉTOURNEAU, Jocelyn, Passer à l’avenir : histoire, mémoire, identité dans le Québec aujourd’hui, Montréal, Boréal, 2000.
MINER, Horace, St. Denis, a French-Canadian Parish, Chicago, University of Chicago Press, 1963 (1939).
PELCHAT, Marc, « L’univers religieux des Québécois, déficit culturel et besoin spirituel », Le Devoir, 27 mai 2002,
.
POTVIN, Damase, Le Saint-Laurent et ses îles : histoire, légendes, anecdotes, description, topographie, Québec, Garneau, 1945 (1940).
VADEBONCOEUR, Pierre, La ligne du risque, Montréal, HMH, 1977 (1963).
WALL, Anthony, « Oublier tout ça. Le défaut de mémoire chez Aquin », dans Simon Harel et al. (dir.), Identité narrative : mémoire et reception (coll. Intercultures), Québec, Presses de l’Université de Laval, 2002, 115-128.
WARREN, Jean-Philippe, « L’invention du Canada français : le rôle de l’Église catholique », dans Martin Pâquet et Stéphane Savard (dir.), Balises et références. Acadies francophonies, Québec, Presses de l’Université Laval, 2007, p. 21-56.
DEUIL/MORT/RITES FUNÉRAIRES
ARCAND, Bernard, et Serge BOUCHARD, Les meilleurs lieux communs, peut-être, Montréal, Boréal, 2003.
ARIÈS, Philippe, Essais sur l’histoire de la mort en Occident : du moyen âge à nos jours, Paris, Seuil, 1975.
ARIÈS, Philippe, L’homme devant la mort, 2 tomes, Paris, Seuil, 1977.
BARTHES, Roland, Journal du deuil : 26 octobre 1977 – 15 septembre 1979, Paris, Seuil/Imec, (coll. Fiction & Cie), 2009.
HOMAN, Peter, Symbolic Loss : The Ambiguity of Mourning and Memory at Century’s End, Charlotteville and London, University of Virginia Press, 2000.
HANUS, Michel, Les deuils dans la vie : deuil et séparations chez l’adulte et chez l’enfant, 2e édition, Paris, Maloine, 2001.
HANUS, Michel (dir.), La mort d’un enfant : fin de vie de l’enfant, le deuil des proches, Paris, Vulbert, 2006.
KLASS, Dennis, Phyllis R. SILVERMAN, et Steven L. NICKMAN (ed.), Continuing Bonds : New Understandings of Grief (coll. Series in Death Education, Aging, and Health Care), Washington, Taylor & Francis, 1996.
BACQUÉ, Marie-Frédérique, et Michel HANUS, Le deuil (coll. Que sais-je ?), Paris, PUF, 2001 (2000).
POPOVICS, Zoltan, « « Mourir sans mort » : Blanchot et Bataille sur la mort », dans Éric Hoppenot (dir.), L’épreuve du temps chez Maurice Blanchot (coll. Compagnie de Maurice Blanchot), 2006, Paris, Complicités, p.37-50.
VAN GENNEP, Arnold, Les rites de passage : étude systématique des rites de la porte et du seuil, de l’hospitalité, de l’adoption, de la grossesse et de l’accouchement, de la naissance, de l’enfance, de la puberté, de l’initiation, de l’ordination, du couronne- ment des fiancailles et du mariage, des funérailles, des saisons, etc., Paris, Picard, 1981 (1909).
WEINSTEIN, Jeremy A., Working with Loss, Death and Bereavement, Los Angeles, SAGE, 2008
ZAREMBA, Charles (dir.), La mort de l’enfant : approches historiques et littéraires, Aix-en-Provence, Publication de l’Université de Provence, 2011.
THÉORIES
AGACINSKI, Sylvaine, Le passeur de temps : modernité et nostalgie, Paris, Seuil, 2000.
AGACINSKI, Sylvaine, « La fécondité du temps », dans Sylvaine Agacinski (dir.), Figure du temps, Marseille, Parentheses, 2003, p. 59-74.
AGAMBEN, Giorgio, La communauté qui vient : théorie de la singularité quelconque, traduit de l’italien par Marilène Raiola, Paris, Seuil, 1990.
AGAMBEN, Giorgio, Potentialities : Collected Essays in Philosophy, traduit de l’italien par Daniel Heller-Roazen, Stanford, Stanford University Press, 1999.
AGAMBEN, Giorgio, Le temps qui reste : un commentaire de l’Epître aux Romains, traduit de l’italien par Judith Revel, Paris, Payot & Rivages, 2000.
AGAMBEN, Giorgio, Enfance et histoire : destruction de l’expérience et origine de l’histoire, Paris, Rivages, 2002.
AGAMBEN, Giorgio, Moyens sans fins : notes sur la politique, Paris, Payot & Rivages, 2002 (1995).
AGAMBEN, Giorgio, Image et mémoire, Paris, Desclée de Brouwer, 2004.
AGAMBEN, Giorgio, Signatura rerum : sur la méthode, traduit de l’italien par Joël Gayraud, Paris, Vrin, 2008.
BAUDRILLARD, Jean, L’échange symbolique et la mort, Paris, Gallimard, 1976.
BERGSON, Henri, Essai sur les données immédiates de la conscience, Paris, Presses universitaires de France, 1985 (1927).
BERGSON, Henri, L’énergie spirituelle, Paris, Quadrige, 2006 (1919)
CERTEAU, Michel de, L’invention du quotidien, Paris, Gallimard, 1990.
DELEUZE, Gilles, L’image-temps, Paris, Minuit, 1985.
DURANTAYE, Leland de la, Giorgio Agamben : A Critical Introduction, Stanford, Stanford University Press, 2009.
FREUD, Sigmund, Métapsychologie, traduit de l’allemand par Jean Laplanche, Paris, Gallimard.
GIDDENS, Anthony, Modernity and Self-Identity : Self and Society in the Late Modern Age, Stanford, Stanford University Press, 1991.
HEIDEGGER, Martin, Être et temps, traduit de l’allemand par Emmanuel Martineau, Édition numérique hors commerce,
.
JULLIEN, François, Le pont des singes : de la diversité à venir. Fécondité culturelle face à identité nationale, Paris, Galilée, 2010.
KLEIN, Mélanie, Deuil et Depréssion, traduit de l’anglais par Maguerite Derrida, Paris, Payot & Rivages, 2004.
KÜBLER-ROSS, Elisabeth, Questions and Answers on Death and Dying, New York, Collier, 1993 (1974).
SIBONY, Daniel, Entre deux : l’origine en partage, Paris, Seuil, 1991.
SIBONY, Daniel, « Le patrimoine, un lieu d’être autrement », dans Jacques Le Goff (dir.) Patrimoine et passions identitaires, Paris, Librarie Arthème Fayard, 1998, p. 33-41.
TAYLOR, Charles, A Secular Age, Cambridge, Belknap, 2007.
TAYLOR, Charles, Le malaise de la modernité, traduit de l’anglais par Charlotte Melançon, Paris, Cerf, 2008.
TURNER, Victor W., The Ritual Process : Structure and Anti-Structure (coll. Lewis Henry Morgan Lectures), New York, de Gruyter, 1995 (1969).
WEBER, Max, L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme, traduit de l’allemand par Isabelle Kalinowski, Paris, Champs Flammarion, 2001 (2000).

AUTRES
BÉLANGER, Paul, Les jours de l’éclipse, Montréal, Québec Amérique, 2003.
BONNET, Henri (dir.), Marcel Proust de 1907 à 1914, Paris, Nizet, 1971.
HÉBERT, Anne, Kamouraska : Roman, Paris, Seuil, 1970.
GARNEAU, Alfred, « Devant la grille du cimetière », Poésie, Montréal, Librairie Beauchemin limitée, 1906.
SUPERTRAMP, « Dreamer », Rick Davies / Roger Hodgson, (3’33) Album : Crime of the Century, CD, A&M, 1974.
指導教授 許綺玲(HSU, CHI-LIN) 審核日期 2013-7-23
推文 facebook   plurk   twitter   funp   google   live   udn   HD   myshare   reddit   netvibes   friend   youpush   delicious   baidu   
網路書籤 Google bookmarks   del.icio.us   hemidemi   myshare   

若有論文相關問題,請聯絡國立中央大學圖書館推廣服務組 TEL:(03)422-7151轉57407,或E-mail聯絡  - 隱私權政策聲明