博碩士論文 991203001 詳細資訊




以作者查詢圖書館館藏 以作者查詢臺灣博碩士 以作者查詢全國書目 勘誤回報 、線上人數:7 、訪客IP:54.156.42.165
姓名 林姿吟(Tzu-yin Lin)  查詢紙本館藏   畢業系所 法國語文學系
論文名稱 應晨小說中無身分之身分認同
(L’identité de la non-identité dans l’œuvre romanesque de Ying Chen)
檔案 [Endnote RIS 格式]    [Bibtex 格式]    [檢視]  [下載]
  1. 本電子論文使用權限為同意立即開放。
  2. 已達開放權限電子全文僅授權使用者為學術研究之目的,進行個人非營利性質之檢索、閱讀、列印。
  3. 請遵守中華民國著作權法之相關規定,切勿任意重製、散佈、改作、轉貼、播送,以免觸法。

摘要(中) 應晨小說中無身分之身分認同
在二十世紀流亡文學的脈絡中,有一批華裔小說家以法語書寫流亡海外之經驗及去國懷鄉之感。原籍中國上海,應晨於1989年移民到加拿大魁北克,後於2003年移居溫哥華。她的法語小說作品以「流亡」為主題,與當時許多書寫移民經驗的流亡作家同被歸屬於1980年代開始盛行於魁北克文壇之「移民文學」( littérature migrante) 或「移民書寫」( écriture migrante)。然而,應晨的創作背景不同於移居法國的華裔法語小說家,並不以文化橋梁為使命來傳遞「永恆中國」的形象;其移民書寫也與當時魁北克的移民作家不盡相同,跳脫移民經驗的框架,強調內在形而上的流亡。
本篇論文將以應晨前三本小說作品:《水的記憶》(La Mémoire de l’eau)、《中國書信》(Les Lettres chinoises)、《孽女》(L’Ingratitude)為研究文本,探討應晨小說作品中的流亡與身分認同問題。本研究共分為三大部分:論文首章將探討應晨小說中如何透過女性人物的刻劃來呈現流亡的議題。第二章試圖從流亡的空間、時間與精神面向來探討流亡經驗中,因個體自我異化所導致之「無身分」(la non-identité)之身分認同。第三章則是以應晨小說中流亡意象、敘述技巧以及偏向「陰性書寫」的寫作特徵為詮釋框架來探討應晨如何透過自己的書寫,讓流亡經驗與書寫之間緊密的關係躍然於紙上。應晨身為女性移民作家,經歷了移民在地理疆界上的流亡、女性內在世界的流亡及文學創作之流亡;透過女性、移民與書寫的流亡經驗之疊合,呈現了流亡意義的普遍性(universalisme),即一種自我與他者界限消融後,無根的飄泊狀態。
摘要(英) The identity of the non-identity in Ying Chen’s novels
In the context of Exile literature in the twentieth century, we note a number of Chinese emigre writers writing in French about their exile experiences and nostalgic feelings of their motherland. Among them, Ying Chen was borned in China, immigrated to Quebec, Canada in 1989, and later on moved to Vancouver in 2003. Her novels are full of images of “exile” and are classified as “migrant literature” (littérature migrante) or “migrant writing” (écritures migrantes) which flourished in the literary circles within Quebec in the 1980s, just as many immigrant writers who experienced an exercise in cross-cultural thinking during this period of time. However, she declines the mission as a cultural bridge to deliver the images of "Eternal China" in virtue of her exceptional background compared to the other Chinese–French authors; also, she breaks away from the frame of migration experiences by emphasizing an exile more metaphysical, which makes her migrant writing particular compared to her contemporary immigrant writers in Quebec.
This paper will focus on the first three novels of Ying Chen: “La Mémoire de l’eau”, “Les Lettres chinoises”, and “L’Ingratitude” with the purpose of probing into the exile and identity issues in her works. The study is divided into three parts: The first chapter provides a detailed discussion on the presentation of female characters in her novels and its significance to the exile issue. The second chapter attempts to explore the concept of “non-identity” (la non-identité) in exile experience at three different angles: spatial, temporal and spiritual dimensions in exile. The third chapter employs new interpretive frameworks including the usage of images, narrative skills, and a writing style close to “female writing” to observe how Ying Chen vividly presents the close relationship between exile experience and writing through her own writing. As a female immigrant writer, the author went through different forms of exile: of geographical boundaries, of the inner self, and that of writing; by combining the exile experiences of women, immigrant and writing in her exilic writing, she emphasizes the sense of universality (universalisme) in exile, that is, an endless oscillation between sameness and difference and the dissolution of the boundary which leads to a rootless wandering state.
關鍵字(中) ★ 應晨
★ 身分認同
★ 移民文學
關鍵字(英) ★ Ying Chen
★ identity
★ migrant literature
論文目次
Tables des matières
Sommaire chinois..................................... i
Sommaire anglais..................................... ii
Remerciements.......................................... iv
Sigles................................................. v
Tables des matières.................................... vi
Introduction........................................... 1
Chapitre I : Le problème identitaire des personnages féminins chez Ying Chen................................ 8
1.1 L’exil et le parcours féminin...................... 10
1.1.1 L’exil : un point de départ...................... 11
1.1.2 L’illusion de l’identité : perpétuellement en devenir................................................ 14
1.1.3 Vers l’inconnu : un monde irréel................. 16
1.2 Les femmes considérées comme l’Autre : le mythe créé par l’homme................................................ 18
1.2.1 Les femmes comme sujets passifs.................. 20
1.2.2 Les femmes comme sujets actifs : la figure de la mère................................................... 25
1.2.3 L’exil de Ying Chen.............................. 29
1.3 La relation mère-fille............................. 33
1.3.1 Une relation qui ne se coupe pas................. 33
1.3.2 L’abjection...................................... 36
1.3.3 Un destin répétitif des femmes................... 39
Chapitre II : La conception de la non-identité......... 42
2.1 L’exil spatial : l’esthétique de l’entre-deux...... 45
2.1.1 Au milieu: territoire flottant................... 46
2.1.2 Ni A ni B : en constante transformation.......... 49
2.1.3 La suppression des faits socio-historiques : la construction d’un non-lieu............................. 50
2.2 L’exil temporel : la disjonction temporelle........ 52
2.2.1 L’attachement au passé et l’oubli................ 52
2.2.2 L’atemporalité................................... 56
2.2.3 L’hétérogénéité du temps......................... 59
2.3 L’exil intérieur : une échappatoire................ 61
2.3.1 Le rêve et le refoulement........................ 63
2.3.2 La mémoire et l’identité......................... 66
2.3.3 L’imagination.................................... 68
Chapitre III : L’écriture comme cheminement identitaire 73
3.1 L’image et des métaphores.......................... 76
3.1.1 Mère et mère patrie.............................. 77
3.1.2 L’image du fleuve................................ 80
3.1.3 Fleur de lotus................................... 83
3.2 L’écriture de l’exil............................... 87
3.2.1 Le plan narratif interrompu et discontinu........ 89
3.2.2 Le narrateur-fantôme............................. 92
3.2.3 Le « je », une voix narrative émiettée et mobile. 94
3.3 L’écriture féminine................................ 98
3.3.1 L’écriture du corps.............................. 101
3.3.2 L’écriture de la marginalité..................... 106
3.3.3 Le récit polyphonique : forme épistolaire........ 108
Conclusion............................................. 110
Bibliographie.......................................... 116
參考文獻 Bibliographie
Œuvres de Ying Chen
CHEN Ying, La Mémoire de l’eau, Montréal, Leméac, 1992; Arles, Actes Sud, 1996 (2006).
---, Les Lettres chinoises, Montréal, Leméac, 1993; Arles, Actes Sud, 1998; Montréal, Leméac, 1999.
---, L’Ingratitude, Montréal, Leméac, 1995; Arles, Actes Sud, 1995 (1999).
---, Immobile, Montréal, Boréal, 1998 (2004) ; Arles, Actes Sud, 1998.
---, Le champ dans la mer, Montréal, Boréal; Paris, Seuil, 2002.
---, Querelle d’un squelette avec son double, Montréal, Boréal ; Paris, Seuil, 2003.
---, Quatre mille marches, Un rêve chinois, Montréal, Boréal; Paris, Seuil, 2004.
---, Le Mangeur, Montréal, Boréal; Paris, Seuil, 2006.
---, Impressions d’été, meet, 2008.
---, « Hors des trains », L’Histoire ou la Géographie, « meeting » n°6, meet, 2008.
---, « Lettres à mon fils », Le Caire/Vancouver, revue meet n°12, meet, 2008.
---, Un enfant à ma porte, Montréal, Boréal, 2008; Paris, Seuil, 2009.
---, Espèces, Montréal, Boréal; Paris, Seuil, 2010.
---, La rive est loin, Montréal, Boréal; Paris, Seuil, 2013.
Études sur ses œuvres
ANDREI Carmen, « Ying Chen, Les Lettres chinoises », dans Pierre MOREL (dir.), Parcours québécois. Introduction à la littérature du Québec, Kichinev, Cartier, 2007, p. 180-191.
BERNIER Silvie, « Ying Chen : s’exiler de soi », Francofonia : Studi e ricerche sulle letterature di lingua francese, vol. 37, automne 1999, p. 115-131.
FONKOUA Romuald-Blaise, « Écritures romanesques féminines. L’art et la loi des Pères », Notre librairie, Nouvelles écritures féminines, 1994, n° 117, p. 112-125.
LABELLE Maude, « Les lieux de l’écriture migrante. Territoire, mémoire et langue dans Les Lettres chinoises de Ying Chen », Globe : revue internationale d’études québécoises, vol. 10, n° 1, 2007, p. 37-51.
LEQUIN Lucie, « Entre la mémoire et l’oubli : Les Lettres chinoises de Ying Chen », Neue Romania, n° 18, 1997, p. 199-206.
MADDOX Kelly-Anne, « L’identité chez Ying Chen », dans Robert VIAU (dir.), La création littéraire dans le contexte de l’exiguïté, Beauport (Québec), Publications MNH, 2000, p. 485-494.
OORE Irène, « Les Lettres chinoises de Ying Chen : le mobile et l’immobile », Studies in Canadian Literature / Études en littérature canadienne, vol. 29, n° 1, 2004, p. 74-83.
OORE, Irène, « Les Lettres chinoises de Ying Chen : un roman épistolaire », Voix plurielles, vol. 1, n° 1, mars 2004.
PARKER Gabrielle, « À mi-chemin entre deux mondes : Parcours féminins chez Ying Chen », Relief, vol. 5, n° 2, 2011.
PRUTEANU Simona Emilia, « Ying Chen et l’entre-deux scriptural : des Lettres chinoises à Immobile », Voix plurielles, vol. 5, n° 2, décembre 2008.
SEVIGNÉ Madame de, Lettres, Paris, Garnier-Flammarion, 1976.
SIVERT Eileen, « Ying Chen’s Les Lettres chinoises and Epistolary Identity », dans Paula Ruth GILBERT et Roseanna Lewis DUFAULT (dir.), Doing Gender : Franco-Canadian Women Writers of the 1990s, Danvers, MA: Rosemont Publishing, 2001, p. 217-234.
STISTRUP-JENSEN Merete, « La notion de nature dans les théories de l’ “écriture féminine” », CLIO. Histoire, femmes et sociétés, n° 11, 2000, p. 1-9.
TALBOT Emile J., « Rewriting Les Lettres chinoises : The Poetics of Erasure », Quebec Studies, n° 36, automne 2003 - hiver 2004, p. 83-91.
TALBOT Emile J., « Ying Chen’s Evolving Lettres chinoises : An Addendum », Quebec Studies, vol. 37, printemps-été 2004, p. 125-126.
YUN Chul-Ki, « Aspects spatio-temporels de la migration dans Les Lettres chinoises de Ying Chen », Études québécoises. Revue internationale de l’EQ, n° 1, 2007, p. 137-163.
Ouvrages généraux
AUGÉ Marc, Non-lieux, introduction à une anthropologie de la surmodernité, Paris, Seuil, coll. « La Librairie du XXe siècle », 1992.
BEAUVOIR Simone de, Le deuxième sexe, tomes I et II, Paris, Gallimard, 1949 ; rééd. Folio essais, 1976.
BERROUЁT-ORIOL Robert, « L’effet d’exil », Vice versa, n° 17, Montréal, décembre 1986/janvier 1987.
CAQUET Emmanuel, Leçon littéraire sur le temps, Paris, PUF, 1996.
CIXOUS Hélène, Dedans, Paris, Des femmes, 1969.
CIXOUS Hélène, Le Rire de la Méduse, Paris, Galilée, coll. « Lignes fictives », 2010.
CHARBONNEAU Caroline, « Exil et écriture migrante : les écrivains néo-québécois », mémoire de maîtrise, département de langue et littérature françaises, McGill University, 1997.
CHARTRAND Robert, « Variations sur le thème de l’exil », Lettres québécoises : la revue de l’actualité littéraire, n° 89, 1998, p.11-13.
CHRISTIAN Dubois et CHRISTIAN Hommel, « Vers une définition du texte migrant : l’exemple de Ying Chen », Tangence, n° 59, 1999, p. 38-48.
COLLECTIF, Passages et ancrages en France. Dictionnaire des écrivains migrants de langue française (1981-2011), dans Ursula MATHIS-MOSER et Birgit MERTZ-BAUMGARTNER (dir.), Paris, Honoré Champion Éditeur, 2012, 968 pages.
DEMORY René, Le roman à la première personne. Paris, Publications de la Sorbonne, Armand Colin, 1975.
DIDI-HUBERMAN Georges, Génie du non-lieu. Air, poussière, empreinte, hantise, Paris, Minuit, 2001.
DIDIER Béatrice, L’écriture-femme, Paris, PUF, 1999.
DREVET Claude, « L’exil intérieur », dans Alain Niderst (textes réunis par), L’exil, Paris, Klincksieck, 1996.
IRIGARAY Luce, Et l’une ne bouge pas sans l’autre, Paris, Les éditions de Minuit, 1979.
KAUFMAN Jean-Claude, L’invention de soi, une théorie de l’identité, Hachette Littératures, 2004.
KRISTEVA Julia, Pouvoirs de l’horreur : Essai sur l’abjection. Paris, Seuil, coll. « Points », 1980.
---, Étrangers à nous-mêmes, Paris, Éditions Fayard, 1988.
LANDOWSKI Eric, Présences de l’autre, Paris, Presses Universitaires de France, 1987.
LEVI-STRAUSS Claude, L’identité, Paris, PUF, 1983.
MÉDAM Alain, Villes pour un Sociologue, Paris, L’Harmattan, 1998.
OUELLET Pierre, L’esprit migrateur, Montréal, Trait d’union, coll. « le soi et l’autre », Montréal, 2003.
RICŒUR Paul, Soi-même comme un autre, Paris, Seuil, collection « Points », 1990.
RUSHDIE Salman, Patries imaginaires, Paris, Ed. Christian Bourgois, 1993.
SIBONY Daniel, Entre-deux, l’orgine du partage, Paris, Seuil, 2003.
鄭南川、邵云主編 ( 2012 ) 。《歲月在漂泊》Nos années au Canada The drifting years。加拿大:魁北克華人作家協會。
Ressources sur internet
APRILE Sylvie, « Réflexions sur le temps en politique : l’exemple de l’exil », Revue d’histoire du XIXe siècle, 2002-25, le temps et les historiens, [En ligne] URL : http://rh19.revues.org/document428.html .
UNWIN Tim, « Ecrire l’exil: rupture et continuité », Mots Pluriel, n° 17, avril 2001, [En ligne] URL : http://www.arts.uwa.edu.au/MotsPluriels/MP1701edito.html.
指導教授 林德祐(Te-yu Lin) 審核日期 2013-10-21
推文 facebook   plurk   twitter   funp   google   live   udn   HD   myshare   reddit   netvibes   friend   youpush   delicious   baidu   
網路書籤 Google bookmarks   del.icio.us   hemidemi   myshare   

若有論文相關問題,請聯絡國立中央大學圖書館推廣服務組 TEL:(03)422-7151轉57407,或E-mail聯絡  - 隱私權政策聲明